lundi 29 juillet 2013

The week in Instagram




















vendredi 19 juillet 2013

Nanar chanteur

Nanar en 1966


Je vous laisse apprecier les paroles de Sauve qui peut:

Sauve qui peut, sauve qui peut
Je suis pris à mon jeu
Ouais !
Sauve qui peut, sauve qui peut
Il est pris à son jeu

Elle n'était pourtant pas terrible
Cette fille que j'ai rencontré
Elle n'était pourtant pas terrible
Et pourtant mon cœur disait



Quand nos regards se sont croisés
Là j'ai senti le danger
Quand nos regards se sont croisés
J'entendais mon cœur crier



Mais il est trop tard maintenant
Et là j'ai tout oublié
Mais il est trop tard maintenant
Je n'entends plus répéter



Je me croyais Casanova
Je ne m'arrêtais jamais
Je me croyais Casanova
Que m'est il donc arrivé ?



Mais au moment de dire oui
Devant le maire, le curé
J'ai retrouvé tous mes esprits
Et me suis mis à hurler

Sauve qui peut, sauve qui peut
Je ne joue plus le jeu
Noooon !
Sauve qui peut, sauve qui peut
Il ne joue plus le jeu.

lundi 15 juillet 2013

jeudi 11 juillet 2013

André Verchuren




André Verchuren, la légende du bal musette vient de s'éteindre à 92 ans, en plein tour de France. On écoute Vive Poulidor, qui date de 1972, Vas-y Poupou!!!!!!!:












mercredi 10 juillet 2013

Hottest Day on Earth



On dit que la température relevée la plus haute sur Terre fut à Death Valley le 10 Juillet 1913: 59.7 degrés Celsius....

On voit bien que les Gillot-Petré de la planète n'étaient pas à la dernière soirée du Chalet...

Rien de tel qu'une petite douche pour se calmer.







dimanche 7 juillet 2013

Nadir's Big Chance




Nadir's Big Chance, le cinquième album "solo" de Peter Hammil est enregistré en décembre 1974 et sort en février 1975 sur le label Charisma Records. Conçu juste avant la reformation de Van Der Graaf Generator, on retrouve en fait les musiciens du groupe ainsi que le même état d'esprit que leurs compositions futures, notamment les morceaux de l'album Still Life, pressé en 1976. 

Composé de "beefy punk songs, weepy ballads and soul struts", comme le décrit Pere Hammill lui-même au verso de la pochette de l'album, c'est un superbe lp, avec David jaxon aux saxes et flûte, Guy Evans a la batterie, Hugh Banton a la basse et clavier et Peter Hammill chante, joue de la basse, de la guitare et du piano. 

Pour la petite histoire, John Lydon (a.k.a. Johnny Rotten des Sex Pistols) est un grand admirateur de Peter Hammill et, lors d'une session à Capitol Radio en 1977, aurait choisi deux morceaux de cet album: "Nobody's business" et "The Institute Of Mental Health, Burning" en son honneur.

On écoute tout de suite ces deux perles:




















samedi 6 juillet 2013

U.M.P. S.D.F.




L'Union des Mendiants Pitoyables a encore frappé et fait maintenant la quête via e-mails intempestifs, facebook, twitter, etc. Nous rappelons que la mendicité est défendue en France depuis au moins Charlemagne (qui recommandait néanmoins de nourrir ses pauvres).

Dans la bouche du Gueux Éternel Francois Villon, cela donne dans la Ballade des pendus:

Joncheurs jonchans en joncherie,
Rebignez bien ou joncherez.


Les "joncheurs" étant ceux qui trompent par des paroles, "rebignez" ayant le sens ici de "réfléchissez" et "joncherez" pouvant être interprété comme "tomberez en déchéance".


Dans la bouche du chalet cela donne plus prosaïquement:



Satyricon


Sarkozy, Copé, Fillon,
L'U.M.P.
Fourrez-vous le bien profond.

Gitons sans foi ni joie,
Continuez donc ainsi
De vous tripoter 
Le fion,

Quant à votre pognon.
Carrez-vous le 
Dans 
L'oignon.

















mercredi 3 juillet 2013

Gursky in Tokyo



Oyez! Oh yeah! L'expo du photographe Andreas Gursky ouvre ses portes  aujourd'hui au National Arts Center a Tokyo. Qu'on se le dise!

lundi 1 juillet 2013

Tokyo Blues

Awaya Noriko


En 1939, le Japon est en guerre depuis déjà quelques années et la vie quotidienne n'est pas toujours facile. Awaya Noriko interprète un Tokyo Blues délicieusement désuet, que nous écoutons illico presto:





Avec un titre identique, mais une mélodie et des paroles complètement différentes, Nishida Sachiko sortira également un hit, en 1963:




Le même morceau sera par la suite repris par Noji Yukiko, la légendaire Misora Hibari, la fabuleuse Lee Sung Ae, l'ineffable Ichikawa Yukino,  etc. etc. etc.

Nous écoutons religieusement Ichikawa sama:











LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...